La Gazette des 9, le journal de Rosheim et du Piémont des Vosges

La Gazette des 9, le journal de Rosheim et du Piémont des Vosges

Rosheim à pied : entre coulée de verdure et histoire.

La belle cité romane ne manque pas d'attraits. Située sur la route des vins au pied du Mont Sainte Odile et sur la route romane, Rosheim attire chaque année de nombreux visiteurs sans pour autant souffrir d'un tourisme de masse. C'est donc au calme que l'on visite la ville qui regorge de lieux historiques et qui offre également un cadre verdoyant que l'on peut sillonner en toute quiétude.

Je vous propose aujourd'hui un petit parcours d'environ quatre kilomètres à faire à pied qui vous fera longer les remparts extérieurs de la ville le long d'une coulée verte, pour vous conduire dans le centre ville qui regorge de lieux historiques.

ro7.jpg

Sur la D 35 qui sillonne la ville de part et d'autre, notre promenade débute au pied de la porte basse de la cité, appelée également porte de la Vierge, érigée au 14ème siècle pour défendre Rosheim et restaurée en 1976.
À droite de la porte vous pourrez découvrir les vestiges de cet ancien rempart qui constitue encore aujourd'hui un élément structurant de l'urbanisme de Rosheim avec ses 1100 mètres de long encore existants à ce jour.

ro1.jpg   ro2.jpg


À gauche de la porte vous verrez le petit square de Kappelrodeck-Waldulm avec sa fontaine et l'arbre commémoratif planté en septembre 2019 pour célébrer le vingt-cinquième anniversaire du jumelage entre les deux villes et la superbe bâtisse de 1869.


                              ro3.jpg


Passez la porte de la vierge et environ cinquante mètres après, empruntez la rue du Gué située à gauche à l'angle de la boucherie Muller qui vous mènera tout droit le long du ruisseau du Rosenmeer (dont l'existence est attestée depuis 1385 lors du grand incendie de Rosheim) pour apporter un peu d'eau à la ville, irriguer les terres et alimenter les moulins.
Très étroit, ce petit chemin longe aujourd'hui de paisibles jardins où l'on aperçoit tout du long les vestiges de l'ancien rempart.

En remontant sur le sentier, vous arriverez au premier lavoir datant du 20ème siècle puis jusqu'à l'ancien champs de foire où sont aujourd'hui construits le groupe scolaire du Rosenmeer et la médiathèque.

C'est ici que se dévoile une nouvelle fois le mur d'enceinte restauré par des bénévoles en 2015 et 2016 sous l'impulsion de la ville des Rosheim et de l'association "Les amis de Rosheim". 
Pour en savoir plus : Voir article ICI

                                      



La suite de la promenade vous mènera à l'arrière de la tour Sainte Marthe que vous pourrez voir dans son entièreté en contournant l'espace ludique pour les enfants. Construite et transformée en plusieurs étapes, elle fit encore l'objet de réaménagements au 16ème et 17ème siècles. Elle semblerait avoir été édifiée afin d’assurer la défense particulière du château. Elle faisait partie de la propriété occupée par le Comte de Salm Reifferscheidt, Gouverneur Général d’Alsace, aux premières heures de la Guerre de Trente Ans.

Vendue en 1833 par la ville au comte François de Brauer, elle doit son aspect actuel aux travaux d’aménagements réalisés par cette famille au 19ème siècle où elle servit même d’habitation. Au 20ème siècle, elle demeurait un domaine privé et préservé avant son acquisition par la ville de Rosheim en 1968 et le réaménagement complet du grand parc de la propriété Sainte-Marthe en 1971-1972.
Classée Monument Historique en 1920 et 1930, elle a fait l’objet d’une restauration complète par la ville de Rosheim en 1993-1994.

                                    



Un peu plus loin, le deuxième lavoir encore usité au début des années 70 a fait l'objet d'un démontage de la structure en 1975 pour être reconstruit des années plus tard.


lavoir.jpg  ro13.jpg



En suivant le chemin qui mène à la rue Saint Benoit, vous pourrez admirer le monastère des Bénédictines.
La communauté des bénédictines de l'Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement s'est installée à Rosheim en 1862 dans l'ancien établissement des bains bâti contre l'enceinte médiévale de la cité. La source qui l'alimentait existe encore dans une maisonnette face à l'hôtellerie.
En 1868 le monastère accueille un pensionnat qui ne cesse de s'agrandir puisqu'en 1908, plus d'une centaines d'élèves y sont accueillies. L'établissement voit sa fin décliner lors de la crise des années 30 puis à la seconde guerre mondiale.


                                       



Un atelier de fabrication d'hosties naît en 1962. Il est toujours en activité.
L'hôtellerie qui accueille toujours de nombreux hôtes fût quant à elle créée en 1945 puis entièrement rénovée en 2009.
Pour information complémentaire, le monastère abrite aujourd'hui une boutique ouverte au public les mercredis et samedis de 10h à 12h et de 14h à 17h et les vendredis de 14h à 17h.
Vous y trouverez de nombreux produits monastiques comme par exemples des confitures de l'Abbaye de Gardes, de l'épeautre de l'Abbaye de Rosans, des petits gâteaux ou encore des objets faits mains.
Vos achats contribueront à restaurer le monastère qui nécessite aujourd'hui de lourds travaux tels que la toiture, les aménagements internes ou encore les façades.

Remontez ensuite la route qui vous mènera devant le cimetière. En face, pour pourrez profiter d'un instant de repos dans le jardin médiéval qui fait référence au riche passé de la cité.
Installé en 2010 le long du rempart ouest de la ville, il reprend les codes du Moyen-âge. Vous y trouverez des plantes médicinales et de nombreuses variétés de roses.

                                        


Il est temps de redescendre vers le centre de la ville. Si une pause gourmande vous tente, vous trouverez au pied de la maison romane la boutique de Marie B Dessine-moi un gâteau qui vous propose de succulentes pâtisseries, petits gâteaux et autres spécialités dont elle détient le secret, ou profiter d'un moment de détente au Coffee Shop Barista'Do, véritable sanctuaire du café et du thé situé quelques mètres plus loin.

            ro29.jpg  ro32.jpg

La maison romane construite en 1154 est l'une de plus vieilles maison conservée d'Alsace. Son plan carré, ses pierres en grès à bossage et ses petites ouvertures lui donnent un aspect de tour fortifiée qui rappelle les châteaux forts du Moyen Age. Classée monument historique depuis 1922, elle est restaurée en 2000-2001 Elle est ouverte au public les vendredis matins de 9h à 12h30.

                                    
                                     

En poursuivant votre chemin, vos pas vous mèneront à l'église catholique Saint-Etienne, joyaux de l'architecture néoclassique construite à la fin du 18ème siècle.
Le clocher, conservé de la précédente église date du 13ème siècle.
Elle est l'oeuvre de l'architecte Salin de Montfort qui construisit également de château des Rohans à Saverne.
Pour en savoir plus :  https://www.la-gazette-des-9.com/l-eglise-saint-etienne-de-rosheim-premiere-partie

                                       


Arrivés devant l'hôtel de ville en cours de rénovation, le puits à six seaux datant de 1605 construit en style renaissance côtoie le bâtiment de la mairie (actuellement déplacée dans le bâtiment de l'ancienne gendarmerie départementale durant le temps des travaux).
L'hôtel de ville est construit entre 1759 et 1762 selon les plans de l'architecte Fresson à la demande du conseil municipal.
En 1841 l'architecte Antoine Ringeisen présente un projet de réaménagement du premier étage afin d'y loger une salle de justice de paix, seul le projet du transfert du bureau du maire à l'étage de la tour de l'enceinte sera exécuté, en 1885 on construit le tribunal de bailliage dans le prolongement de la mairie.


Au fond de la place de la république, siègent les bureaux de la police municipale installés dans l'ancienne prison de la ville. Témoin de l'influence allemande de la fin du XIXème siècle, l'ancienne prison de grès rose, construite sur la première enceinte, comportait 6 cellules à l'étage.

La tour de l'horloge est située dans le prolongement de l'hôtel de ville. Avec la tour de l'école, elle faisait partie des premières fortifications érigées au début du 13ème siècle.

                               



Vous apercevrez ensuite l'église romane datant du 12éme siècle. L'art roman et ses influences stylistiques s'expriment magnifiquement, avec son bestiaire sculpté et ses chapiteaux ouvragés. Ce monument est ainsi le plus complet et le plus typique de l'architecture romane alsacienne.

 

Le bâtiment en grès rouge et jaune a été construit autour de 1150, la croisée du transept et le clocher ont été rehaussés à partir de 1286, en style gothique.
Les travaux ont commencé par l'abside qui reste aujourd'hui encore la partie la plus richement décorée. Quelques-unes des sculptures ont été abattues ou endommagées pendant la Révolution française.

  

L'intérieur de l'église est petit et simple et impressionne avant tout par ses proportions harmonieuses et le contraste volontaire entre les larges blocs et les pierres plus étroites des murs. L'ornementation principale se trouve sur les chapiteaux sculptés dont le fameux « chapiteau à têtes » avec ses 21 figures humaines. L'orgue de 1733 est une œuvre d'André Silbermann. 

 

L'édifice fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1840.

                                 



Profitez de cette fin de promenade pour rendre une visite à nos artisans comme Thierry Stumpf, coutelier et maréchal ferrant qui propose également des stages de forge ou encore chez notre sabotier local, Romain Speisser, qui vous expliquera la fabrication des sabots dans son atelier.

ro54.jpg   sabotier.jpg

Pour les gourmands, les boulangeries Kapfer (proche de l'église Saint-Etienne) et Rohmer (en face de l'église romane) vous proposerons la spécialité locale : le Ropfkueche ! 















 



14/08/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 231 autres membres