La Gazette des 9, le journal de Rosheim et du Piémont des Vosges

La Gazette des 9, le journal de Rosheim et du Piémont des Vosges

Quand le Jazz rassemble à Niedernai.

Fort de ses précédents succès, le Jazz Day de Niedernai, organisé par l'Association présidée par Michel Demant "Carpe Diem", sait fédérer et rassembler un public venu de tous horizons autour d'une musique qui, il y a encore quelques années, était plutôt écoutée par des initiés. Pari une fois de plus réussi pour cette troisième édition, qui s'est tenue samedi  dernier à la salle des fêtes des Landsberg.

 

jazz day.jpg

Le groupe Bluedrag Project qui invitait ce soir-là
Laurent Muller, violoniste de Quai de l'Ill
©Laetitia Paz-Pelletier/La gazette des 9

Pendant que Paris tenait sa "Nuit Blanche", Niedernai se donnait des couleurs de Night-Club "jazzy" en entraînant son public dans un tourbillon où se sont succédé plusieurs tendances de cette musique si riche dans sa diversité.

Cet éclectisme, voulu par Michael Alizon, natif du village et grand ordonnateur de la soirée, fut la ligne de conduite de la programmation de l'ensemble de la soirée.
Chacun, quels que soient ses goûts, a pu ainsi trouver "musique à son oreille" et swinguer, danser ou rêver.

 

La soirée s'ouvrait par ce qui sera peut-être la future relève de la scène-jazz alsacienne, avec un concert proposé par les élèves des Ateliers Jazz de l'École de Musique d'Obernai, qui se sont montrés plus que prometteurs. Place ensuite au Jazz-Manouche, avec le groupe Bluedrag Project qui a pour l'occasion donné l'exemple de qui est l'une des caractéristiques du Jazz : l'échange dans l'improvisation. Le trio a en effet invité Laurent Muller, violoniste du groupe Quai de l'Ill à le rejoindre sur scène pour former un quatuor qui ramena le public aux plus belles heures du Hot-Club de France cher à Django Reinhardt.

 

Un tout autre univers est proposé par le groupe strasbourgeois Le Tricycle, celui d'un Jazz "expérimental"dans une formation claviers/basse/batterie qui permet de découvrir un monde riche en cellules mélodiques enrichies d'une permanente recherche harmonique, le tout appuyé sur une rythmique très travaillée.

 

Et pour clore la soirée, Michael Alizon rappelle qu'il est un grand saxophoniste en plus d'être professeur au Conservatoire de Strasbourg, en invitant pour une "jam-session" ses amis Éric Theiller et Pascal Beck à rejoindre avec lui Le Tricycle pour un finale où se conjuguent des influences multiples issues des années 60 et 70 (de John Coltrane à Frank Zappa, entre autres). Marie-Anne Alizon se joint à eux pour une partie vocale très attendue.

Gageons que cet événement continuera de rassembler l'année prochaine pour une nouvelle édition pleine de belles surprise.




06/10/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 168 autres membres