La Gazette des 9, le journal de Rosheim et du Piémont des Vosges

La Gazette des 9, le journal de Rosheim et du Piémont des Vosges

Poupy et le mystère de Pâques. 2ème partie.

Pour retrouver la première partie de l'histoire, merci de cliquer sur le lien suivant :  http://www.la-gazette-des-9.com/poupy-et-le-mystere-de-paques-1ere-partie

 

En moins d’un instant, ils arrivèrent dans la basse-cour de mémé Lucie. Castafiore était perché sur une branche de poirier qui gisait au sol depuis l’automne dernier.
Le vieux coq n’avait plus trop la notion de l’heure qu’il était et chantait toute la journée.
Poupy lui expliqua la situation et lui demanda s’il connaissait un certain Giros.

- Curucuuuu ! Tu parles si je le connais ce trompettiste de basse-cour ! Nous avons grandi chez le même fermier.

Quand il fut temps pour lui de nous placer dans des fermes pour veiller que les poules fassent leur travail et soient plus disciplinées, môssieur Giros n’a jamais voulu que personne ne ramasse les œufs !
Il se postait en haut du poulailler, en tournant sur lui-même comme un fou, avant de se jeter sur le dos de ses propriétaires qu’il chassait à grands coups de bec dans le dos et de coups de pattes au visage !


Il a épuisé trois familles à faire son cirque, jusqu’au jour où il tomba sur le ferronnier du village.
Après avoir subi plusieurs de ses attaques, ce dernier le fit couler dans le métal avant de l’installer sur le toit d’un client.
C’était une commande spéciale du Comte de Léonard.
Il voulait un coq pour décorer le toit de son domaine. L’affaire fut signée entre les deux hommes et, depuis, Giros reste perché sur le sommet de la tourelle.
On raconte que la nuit, lorsque tout le monde dort, il descend du toit pour aller chasser avec le renard et obtenir sa vengeance.
Pour ce qui est des poules de Pâques, je ne pourrai pas t’en dire plus, mais va voir Jacasse, la commère du quartier d’à-côté, elle vit dans la ferme de monsieur Émile. Elle caquette à tout va, elle aura bien une information pour toi, Poupy !

- D’accord ! Merci beaucoup Castafiore !

Poupy grimpa sur le dos de Balthazar et il se mit au galop jusqu’à la ferme de monsieur Émile. Elle s’aventura discrètement jusqu’au fond de la cour et trouva Jacasse en plein discours !

- Cotcotcooot ! Vous savez les filles, j’en ai appris une bien bonne sur la petite poule rousse, vous savez Rosita, la fille de Granulette ! Figurez-vous qu’elle vient d’être adoptée par la famille d’Anglais qui vient de s’installer au village et qu’elle ferait déjà la cour à Montaigu le jeune coq. Il paraît même qu’elle l’appelle Milord pour lui donner de l’importance et avoir sa préférence Cotcotcoot ! Quel toupet !

Poupy se racla la gorge pour excuser sa présence dans le poulailler.

- Oh les filles, regardez, on dirait bien que c’est la petite Poupy ! La petite fille de Lucie, tu te souviens Charnelle ? Tu es née là-bas toi n’est-ce-pas ?

Charnelle, la poule blonde, acquiesça du regard et s’adressa à Poupy timidement :

- Poupy, sois la bienvenue, que nous vaut l’honneur de ta visite ?

Jacasse se mit à ricaner dans ses plumes d’un ton moqueur.

- Sans doute que la vieille Lucie n’a plus d’œufs et qu’elle vient nous en piquer !

- N’importe quoi ! Déjà mémé elle est pas vieille et pis j’te f’rai dire que toi aussi t’es vieille et que si t’ouvres encore ton clapet, un jour tu te feras couper la tête !

- Oh, regardez l’insolence de cette petite ! C’est une honte !

- Honte toi-même ! lui répondit Poupy énervée.
Je suis venue pour savoir si vous aviez des renseignements sur les disparitions des poules de Pâques ! Elles ont été enlevées par Giros et Léonard le renard.

- Et pourquoi on t’aiderait d’abord, espèce de petite insolente ?

- Parce que si tu m’aides pas, je dirais à Giros de venir avec Léonard pour te manger ! Et toc !

- Tu n’oserais pas faire ça, dis, Poupy ? lui répondit Jacasse avec une voix suppliante

- Je vais me gêner tiens !

- Bon d’accord, je vais te dire ce que je sais. Il paraît que la nuit dernière, on a vu le renard et Giros du côté du moulin avec deux grands sacs de graines. Il paraît que les graines contiennent de puissants somnifères qu’ils donnent aux poules pour les endormir et les traîner jusqu’à la cabane du domaine où ils les retiennent prisonnières.
Mais prends garde à toi, Giros a des espions partout, surveille bien les toits des maisons, il se pourrait bien qu’on informe Giros et Léonard de ton arrivée.

- Merci Jacasse, et merci pour tes conseils. Tu n’es pas si méchante que ça finalement.

- Oh Cotcotcot ! merci Poupy, répondit Jacasse en rougissant.

Poupy se mit à courir aussi vite qu’elle le pouvait et chevaucha Balthazar en lui disant de l’emmener en direction du moulin.
Elle lui raconta ce que Jacasse venait de lui dire.
Il fallait qu’ils s’assurent que ce ne soit pas une rumeur.
Ce que Poupy et Balthazar ignoraient, c’est que le coq qui siégeait au sommet de l’église avait tout entendu.

C’était un grand coq qui avait été mis en orbite sur le clocher pour espionner les autres volatiles. Ses oreilles et ses yeux étaient si puissants qu’on l’avait nommé Satellite.
Il s’empressa de donner le signal à Giros.
Il poussa un cri puissant, que seul Giros pouvait entendre, pour le prévenir que Poupy et Balthazar étaient sur ses traces.

 


Il quitta le clocher de l’église pour les suivre. Lorsque les deux amis arrivèrent au moulin, ils inspectèrent les lieux à la recherche des graines contenant les somnifères.
Dans la grange, il y avait un énorme sac de blé. À ses pieds, six colombes gisaient sur le sol sans bouger.
Poupy s’empressa d’aller voir s’il ne leur était pas arrivé malheur. L’une d’elles bougeait un peu. Poupy la questionna sur son état et la colombe bredouilla :

- Nous…nous avons picoré quelques graines de blé…et…nous…nous nous sommes endormies.

- J’en étais sûre ! Vous avez mangé les somnifères que Léonard le renard a mis dans les graines ! Pauvres petits colombes, je vais vous emmener dans la botte de paille pour vous mettre à l’abri le temps que vous repreniez vos esprits.
Vous serez en sécurité ici, dit-elle en déposant les colombes dans un grand nid de paille.

- Merci Poupy, tu es très gentille…Nous n’oublierons pas ce que tu…as fait.

- Je dois vous laisser, il y a urgence ! Balthazar et moi on doit trouver de l’aide.

La colombe lui confia que son cousin l’albatros était venu en vacances chez elle.
Elle dit à Poupy d’aller le voir de sa part, de lui expliquer la situation et lui certifia qu’il lui viendrait en aide.

- Tu le trouveras près de l’étang de pêche, près de la cabane…ajouta-t-elle avant de se rendormir.

Poupy prit un peu de paille pour recouvrir les colombes et s’en alla rejoindre Balthazar pour lui faire part des nouvelles informations qu’elle venait de recevoir.

- Il faut faire vite Balthazar, le temps presse ! Galope aussi vite que tu peux vers l’étang.

Balthazar s’exécuta. C’était un petit cheval, mais il était rapide comme le vent. Ils ignoraient que Satellite surveillait leurs faits et gestes.
Entre temps, Giros avait envoyé son armée de corbeaux, espérant ainsi dissuader Poupy et Balthazar de s’approcher du domaine de Léonard.

L’étang était calme. Seul l’albatros était sur les lieux, à la recherche de quelques truites pour son déjeuner. Il avait un peu le mal du pays et n’arrivait à se faire à l’idée de manger des graines et quelques morceaux de pain rassis glanés ici et là.
Il s’effraya en entendant le galop de Balthazar.

- Vous m’avez fait peur ! cria-t-il en direction de Poupy. Tout était tellement silencieux avant votre arrivée !

- Pardon monsieur Albatros, mais c’est ta cousine la colombe qui m’a dit que je tu serais là et que tu pourrais m’aider.

Elle lui fit part de tout ce qu’elle savait et de l’état de santé de sa cousine.

- Ah mais je vais lui rentrer dans les plumes à ce Giros, on ne touche pas à ma famille.
Je vais lui apprendre à voler droit à cet énergumène, parole d’Albatros !
Dis-moi où est situé le domaine de Léonard et je vole donner une bonne leçon à ce grainetier !
Au passage, je demanderai à mes cousines les cigognes de venir nous aider. Elles sont de retour de leur voyage au Maroc et elles ne refuseront pas, parole d’Albatros !


Il abandonna sa partie de pêche et partit en direction du domaine.

léonard.jpg
Le domaine de Léonard le Renard...

 

À suivre...

 

© Laetitia Paz-Pelletier.



24/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 157 autres membres