La Gazette des 9, le journal de Rosheim et du Piémont des Vosges

La Gazette des 9, le journal de Rosheim et du Piémont des Vosges

Le projet Suez qui fait scandale à Griesheim-près-Molsheim.

Avec un projet visant à implanter une plate-forme de traitement et valorisation des terres polluées, Suez (via sa filiale SITA) soulève la colère des habitants du village de Griesheim-près-Molsheim.
La "zone de danger" d'implantation du site serait comprise dans un périmètre de 3 km autour de Griesheim et engloberait les communes de Rosheim, Bischoffsheim, Dorlisheim et Altorf.
Les questions et les revendications des habitants qui se sont exprimés lors d'une réunion publique en date du 16 octobre 2015 sont nombreuses.


L'implantation retenue serait située à l'entrée Ouest de la commune sur le site de l'entreprise Denni-Legoll.
Une implantation très mal perçue par les Griesheimois compte-tenu de sa proximité avec les premières habitations et le centre-ville.
En effet, ce projet pourrait voir le jour à :

- 200 m à peine des habitations.
- 300 m de la future salle polyvalente.
- À moins d'1 kilomètre des écoles du village.

- Aux abords du sentier botanique et placé sur un sous-sol sablonneux.

Suez1.jpg
La zone de danger s'étend sur une surface de 3 km et englobe les villes de Rosheim, Bischoffsheim, Altorf et Dorlisheim.


De plus, cette plate-forme serait érigée dans le périmètre de protection de captage d'eau potable, dans la Zone d'Activités Artisanales où travaillent actuellement plus de 200 personnes ainsi que sur la zone de protection stricte du Grand Hamster et du Crapaud Vert.

L'AGAPE (Association Griesheimoise d'Action Pour l'Environnement) présidée par Brigitte Scheidecker dénonce ce projet qui, selon toute vraisemblance, pourrait avoir des répercussions dramatiques sur l'environnement et la qualité de vie.
L'Association, très fortement soutenue par la population qui s'est déplacée en grand nombre lors de la première réunion publique le vendredi 16 octobre à la salle de musique du village, exige "le retrait définitif, formel et officiel de ce projet sous la garantie d'un représentant de l'État".

Cette première réunion, menée par Éric Demolin, Directeur de la Région Nord chez Suez-Sita, a soulevé un vent de tempête dans l'assemblée et n'a visiblement pas réussi à convaincre les habitants de Griesheim.

Du côté d'Éric Demolin, ce type d'implantation se veut être une alternative à l'enfouissement des déchets :

"Les déchets qui arriveraient à Griesheim proviendraient de terres et de gravats dont la teneur en charge polluante serait de 1% (Benzène, solvants chlorés, hydrocarbures aromatiques polycycliques). Le volume moyen traité chaque année : 20 000 tonnes de terre.

Après un pré-traitement mécanique, ces déchets, acheminés par camion à raison d'environ trois par jour, devraient subir un traitement organique.
Il s'agit d'accélérer la dégradation naturelle des hydrocarbures en insufflant de l'oxygène. La plate-forme serait imperméabilisée au sol par un bassin étanche."
Source DNA (Article du 18/10/2015 : Vers le retrait d'un projet très contesté).

Du côté de l'AGAPE, le nombre de camions par jour serait d'au moins 50 qui circuleraient sur la route communale dont l'entretien incombe à la municipalité.
Ils expriment par ce fait, la crainte de voir leurs impôts s'envoler.
Par ailleurs, les eaux de ruissellement pollueraient la nappe phréatique située à faible profondeur sur un sol très sablonneux et par conséquent, très perméable.
L'implantation du site longerait la piste cyclable mais serait également limitrophe au site naturel remarquable classé à moins de 150 m du Rosenmeer.
L'Association AGAPE exprime également la crainte de voir le cadre de vie des habitants se dégrader : "Nous aurons à subir la dégradation de notre cadre de vie du fait de la pollution de l'air, des nuisances sonores et olfactives".
De plus "La dévalorisation du patrimoine serait irrémédiable" peut-on constater sur l'affiche publiée sur la page Facebook "Non à l'implantation de Suez à Griesheim 67870"

Quant au maire du village, Christophe Friedrich, on peut lire sur la page Facebook: "Si le maire a été chaudement applaudi, il ne condamne pas pour autant le projet.
Il le voudrait plus loin de nos habitations. Alors, plus loin, c'est où exactement ? Hors du ban communal ou juste à sa limite intérieure ?".
Encore selon les DNA, le souci majeur se situe dans la proximité avec le village.
 "Un projet de dépollution c'est très bien mais il faut le faire en rase campagne. Pas aussi près de nos maisons".

Ce qui ne ferait que déplacer le problème près d'une autre commune, et peut-être craindre une migration de l'implantation de ce site à l'entrée de Rosheim.

Un nouvel appel à la mobilisation est également lancé sur la page Facebook pour le vendredi 23 octobre à 19h30 (Salle des Joyeux) à Griesheim,
https://www.facebook.com/events/946424498762805/

où la population est invitée à venir exprimer un NON massif contre ce projet.

Une réunion qui promet d'être aussi houleuse que la première, car au village, le NON s'exprime très clairement par le biais de banderoles et de panneaux que l'on peut retrouver dans les rues de la commune.

 

Suez non.jpg

Crédit Photos : Page Facebook "Non à l'implantation de Suez à Griesheim 67870"

©Laetitia Paz-Pelletier. 











21/10/2015
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 157 autres membres